06/03/14 Chambéry/Paris 31-26

06/03/14 Chambéry/Paris 31-26

Depuis quelques temps à présent, le Phare a abrité les plus beaux exploits chambériens. Chacun possède sa propre histoire, avec des scénarios différents et des hommes différents. Pourtant, tous rassemblent les même ingrédients : un match viril, de l’engagement, des exploits individuels, une solidité collective et, toujours, une ambiance extraordinaire ! Voici tout ce que nous avons vécu ce jeudi soir pour une soirée qui restera marquée par cette communion avec le public que nous avons partagé pendant de longues minutes ! Tous ces sourires, transpirant de sincérité, témoignaient du bonheur simple de s’être sublimés pour renverser la montagne parisienne, sans jamais avoir abdiqué devant la supériorité apparente de l’adversaire. Il n’y a pas de honte à reconnaître que le PSG nous est supérieur, c’est d’ailleurs ce qui vient justifier l’utilisation du mot « exploit » et c’est certainement pour cela que le plaisir en fut plus intense.

La force de ce que nous avons ressenti repose aussi sur l’histoire qu’est la nôtre cette saison, avec des péripéties qui suivent une route bien sinusoïdale. Une entame rêvée, un trou d’air collectif et individuel, puis un renouveau quasi inespéré. Aujourd’hui de nouveau dans le sens de la marche, cette victoire sonne le retour d’une ambition oubliée, à condition de survivre au déplacement nantais. Pour cela, un grand travail est nécessaire mais il est bien plus facile de s’y plier nourri de toutes ces émotions.

Cependant, à présent, et jusqu’à la fin de la saison, il nous manquera un élément important pour répondre à notre défi : Cécé (Paty). Un simple choc, des plus anodins, et c’est l’un des pires diagnostics qui est tombé à l’issue de la rencontre : rupture du tendon d’Achille. Son indisponibilité sera au minimum de six mois et je voulais, naturellement, lui témoigner tout mon soutien et lui transmettre toutes mes meilleures pensées pour son bon et long rétablissement…

Laisser un commentaire