11/09/13 Trophée des Champions

11/09/13 Trophée des Champions

Plus de dix saisons, près de dix finales… “Plus l’attente est longue, plus le désir est important” Et plus le plaisir est grand !!!

Au final, il nous aura fallu du temps, du travail, de l’espoir, des larmes et tant de déceptions pour finalement goûter à ce plaisir simple et si envahissant de la victoire finale, de la pleine satisfaction.

Je ne vais pas vous refaire le film des matchs, revenir sur ce bel accueil tunisien dont nous avons bénéficié ou sur la chaleur ettouffante sur le parquet. Non, tout cela, vous l’avez vu, lu ou entendu.

Qui plus est, lorsque je repense à ce week-end, ce n’est pas ce qui me revient. Je revois le sourire de mes coéquipiers, la petite étincelle dans les yeux de mes frères d’arme. Quand je repense à ce dimanche, je nous revois, assis dans le vestiaire, trempés jusqu’à l’os, parfois le regard dans le vide, le coeur léger et le temps qui semble s’être arrêté. Plus rien d’autre ne compte, seul le fait d’être ensemble et d’en profiter importent. Ces moments sont rares, furtifs et on essaye de les prolonger autant que possible.

Certains diront que ce n’est “que” le Trophée des Champions, que ce n’est pas un “vrai” titre. Nous les laisserons parler. Pour moi, cette victoire à toute sa saveur, peut-être parce qu’au final, au regard de notre histoire, le plus important n’est pas le titre que nous avons gagné, mais simplement de l’avoir gagné.

De plus, cette victoire, nous sommes allés la chercher, ensemble, en se battant jusqu’au bout de nous-même, sans jamais céder. Je peux le dire sans peur d’être jugé : ce titre, nous l’avons mérité. C’est pourquoi je suis si fier de mon équipe aujourd’hui. Fier de ces vieux qui se sont dépouillés pour compenser les absences ; fier de ces jeunes qui n’ont pas fait de complexe, faisant preuve de rigueur et surprenant par leur fougue. Fier de voir tout un groupe galérer tout un mois, travaillant dur malgré les défaites, cherchant à resserrer les rangs pour montrer nos qualités de coeur au combat.

Cette victoire récompense un groupe, un club, un public qui n’ont jamais cessé d’y croire et de se battre pour l’obtenir. C’est la récompense d’un dur labeur et c’est ensemble que nous devons l’apprécier. Il est nôtre tout autant qu’il est vôtre, fidèles supporters chambériens.

Cependant, ce titre reste un titre, surtout à l’orée de cette nouvelle saison. Il n’est pas promesse pour autant. Certes, nous avons à présent des réponses que nous n’avions pas jusqu’ici mais tout reste à faire pour la suite. Dès vendredi, un déplacement périlleux nous attend à Cesson. L’euphorie doit retomber, être évacuée pour que le travail reprenne ses droits. Nous en sommes conscients et nous ne disposons d’aucun préavis, nous sommes prévenus !

1 Comment

  1. Angélique
    11 septembre 2013 at 18 h 41 min — Répondre

    Avec cet article, on ressent bien les émotions durant ce trophée des champions et tout le travail qui a dû être engagé. Merci de nous faire partager ces moments de l’intérieur qui nous montre également à quel point l’équipe évolue, s’adapte et s’entraide!

Laisser un commentaire